Pour une société bilingue à la fin du XXIe siècle
Nous souhaitons que la Région Bretagne s’engage sur des objectifs progressifs qui permettent à la langue bretonne de retrouver un statut de langue de communication dans la société bretonne.
Fixer des objectifs sociolinguistiques
Dans sa classification, l’UNESCO considère qu’une langue est en danger de disparition lorsque moins de 30 % d’une tranche d’âge ne connaît pas cette langue.
Dans le domaine de la formation des adultes aux bretons, nous estimons qu’il est important de fixer un objectif en termes de nouveaux locuteurs adultes formés à une échéance de 15 ans.
Le projet de revitalisation linguistique
Pendant des décennies, l’image du breton a subi les effets d’une politique de dénigrement auprès de la population bretonne. La pratique de la langue, sa transmission ont été combattues par les différentes répu-bliques. Les Bretons ont, aujourd’hui, une image positive de cette langue mais ils ne sont pas assez nombreux à la pratiquer ou à l’apprendre pour en assurer la sauvegarde.
La Région et l’État doivent, en termes d’image, réparer les dégâts causés par la politique glottophobe de l’État central pendant plus d’un siècle, en créant un mouvement d’adhésion massif et profond à la présence, à l’usage et à l’apprentissage du breton dans la société bretonne.
Nous demandons à la Région Bretagne qu’elle prenne l’initiative de développer des campagnes de promotion de la langue et de promotion d’un projet de société bilingue. Il est essentiel de donner une perspective po-sitive sur l’avenir du breton, sur l’intérêt de son usage dans la vie de tous les jours (à moyen terme). Pour ce faire les outils de communication les plus efficaces et les plus actuels doivent être mobilisés comme les médias audio-visuels et les NTIC.
Il faut aussi renforcer les campagnes d’incitation à l’apprentissage, l’utilisation de la langue et sa transmission.
Nos propositions en faveur du renforcement de la formation de locuteurs adultes s’appuient sur des principes et des droits universels définis par des conventions internationales telles que la Déclaration Universelle des Droits Linguistiques
08

Article 8

Article 8

1. Toute communauté linguistique a le droit d’organiser et de gérer ses propres ressources dans le but d’assurer l’usage de sa langue dans tous les domaines de la vie sociale. 2. Toute communauté linguistique a le droit de disposer des moyens nécessaires pour assurer la transmission et la pérennité de sa langue.

24

Article 24

Article 24

Toute communauté linguistique a le droit de décider quel doit être le degré de pré-sence de sa langue, en tant que langue vé-hiculaire et objet d’étude, et cela à tous les niveaux de l’enseignement au sein de son territoire : préscolaire, primaire, secondaire, technique et professionnel, universitaire et formation des adultes.

26

Article 26

Article 26

Toute communauté linguistique a droit à un enseignement qui permette à tous ses membres d’acquérir une maîtrise totale de leur propre langue de façon à pouvoir l’uti-liser dans tout champ d’activités, ainsi que la meilleure maîtrise possible de toute autre langue qu’ils souhaitent apprendre.