Une stratégie en 4 points
1 - Renforcer la structuration de la filière d'enseignement adultes
Si une telle stratégie doit bien évidemment être portée politiquement sans ambiguïté, elle doit aussi disposer, sur la partie « enseignement », d'un pilote opérationnel clairement identifié.
La filière d'enseignement adulte de la langue bretonne dispose d'un espace collectif représentatif avec Deskin d'An Oadourien (DAO). Cette représentativité s'exprime non seulement à travers la construction, dans le cadre de DAO, de cette proposition de stratégie, mais également à travers un socle partagé de valeurs et de principes.

Pratiques "labellisées"

Tendre vers la généralisation d'une pratique « labellisée »  qui s'appuie d’ores et déjà en particulier sur l'application des principes d'une Charte, la professionnalisation des formateurs, l'utilisation du portfolio européen des langues

Cadre de référence

Être pro-actif – en collaboration/coopération avec les interlocuteurs ad hoc – dans la définition d'un cadre de référence linguistique s'appuyant sur les résultats de la recherche existante en la matière pour assurer un maillage territorial équilibré.

Support aux associations

S'organiser par territoire pour être en capacité d'apporter aux associations de proximité dispensant des cours hebdomadaires sur une base bénévole, des réponses à leurs contraintes de fonctionnement (professionnalisation, mutualisation d'outils, …).

Nos actions et outils

Exercices en ligne

DAO propose sur son site internet des exercices aux apprenants et les informations concernant les différentes formules d'apprentissage de la langue.

Évaluations annuelles

Tous les ans, nous élaborons des évaluations de fin d'année pour les premiers niveaux de cours de breton.

Information du grand public

La fédération élabore des supports d'infor-mation et de promotion de l'enseignement à destination du grand public.

Matériel pédagogique

Nous mettons également du matériel pédagogique à la disposition des enseignants par le biais de DAOdaf', une valise pédagogique numérique, financée avec à l'aide de la Redadeg 2014.

Des associations labellisées

Un label est attribué aux associations qui respectent la charte des cours de breton. Ce label garantit une qualité au niveau de l'en-seignement proposé par les associations membres de DAO.

Le KWIZ

DAO est organisatrice du Kwiz en langue bretonne.
2 - Former les Formateurs de demain
Cet axe stratégique est fondamental et indispensable pour la mise en oeuvre générale de la stratégie présentée

Un réseau de formateurs à renforcer

L'ambition de former d'ici 15 ans 5000 locuteurs/an implique une capacité d'accueil et de mobilisation de «formateurs» que le réseau ne possède pas actuellement.

Une approche cohérente de la langue

Par la «formation des formateurs» (pris ici comme média), le réseau peut structurer une vision et une approche cohérentes de la langue, d'une société bilingue pour toute la filière.

L'objectif est de proposer une formation diplômante positionnée comme une option du Diplôme de Formateur professionnel d'adultes qui pourrait être une option à la licence professionnelle FCIS (Formateur Conseil Indépendant ou Salarié) proposée par l'université de Rennes II. Il s'agirait donc à terme de pouvoir référencer un métier de formateur d'adultes en Breton.
L'enseignement s'appuierait sur la mobilisation de 2 compétences croisées :

Approfondissement des connaissances

L'approfondissement des connaissances en langue Bretonne en mobilisant les enseignants actuels des Centres de formation en langue bretonne du réseau DAO.

Intégrer les parcours existants

La formation aux pédagogies et méthodes liées à la posture de formateurs en mobilisant les parcours existants au sein de la licence FCIS.

La durée de cette formation serait de 9 mois, pour des personnes ayant déjà acquis la compétence en langue bretonne de niveau B2 au minimum.
L'objectif est de disposer de 400 enseignants au bout de 15 ans :
320 nouveaux enseignants à former soit un rythme moyen de 22 stagiaires par an.
Ces stagiaires pourront en partie être recrutés parmi les locuteurs issus des formations intensives assurées par le réseau.
80 enseignants professionnels actuellement en exercice qu'il s'agira de faire monter en compétence.
Le coût de cette formation des formateurs est estimé à 4300€/stagiaire en année 15 (3750€ en année initiale).


Le financement de ce coût/stagiaire sera à construire quasiment au cas par cas mais dans un cadre négocié entre la Région, L’État, les OPCA (pour des stagiaires en formation continue, CIF,…).
Les dispositifs Skoazell et Desk pourront être étendus afin d’attirer vers le métier de formateur en langue bretonne aux adultes. Avec les mêmes règles de financement que pour Skoazell et Desk Kelenn et Bugaligoù et en finançant l’ensemble des futurs formateurs, l’effort financier de la Région serait de 235.000€ en année 15 et de 3,3 millions € sur les 15 années.
3 - Privilégier une formation intensive
L'axe de formation privilégié dans le cadre de cette stratégie par le réseau DAO est celui des formations intensives longues.
Ces formations, sont d’ores et déjà assurées par les structures membres de DAO.
Elles visent à une appropriation de la langue bretonne comme outil de communication tant à l'oral qu'à l'écrit. La formation est basée sur un enseignement de 1200 h réparties sur 9 mois.
Sur l'objectif de formation de 5000 locuteurs/an d'ici 15 ans, 4500 seraient issus de ces formations.
La montée en charge du nombre d'apprenants sur 15 ans pour aboutir à 4500 locuteurs implique:

• une augmentation de stagiaires de 15 % à 20 % chaque année,

• un coût estimé à près de 31,5 millions d'Euros en année 15 pour 4500 stagiaires.
3 raisons guident ce choix de priorisation:

Efficacité

L'expérience montre que l'apprentissage via ces formations longues constitue la méthode la plus efficace.

Une forme appréciée par les apprenants

Elles sont jugées plus adaptées aux contraintes de mobilisation en temps des apprenants.

Des solutions de financement plus variées

Elles offrent, à ces derniers, des solutions de financements plus larges (OPCA, Région, Pôle Emploi,…).

Nous n'abordons ici que le développement des formations intensives et du dispositif Pevarlamm, mais il est évident pour nous que les cours hebdomadaires et stages doivent se maintenir et se développer également.
C'est dans ces lieux d'apprentissage que de nombreux bretonnants font leurs premiers pas et ils restent des maillons essentiels de la filière sur l'ensemble du territoire.
4 - Diversifier l'offre par des formations « Pevarlamm »
En complément d'une offre de formations intensives longues, le réseau DAO entend également s'appuyer sur les formules « Pevarlamm » (au galop). Ces cursus sont une alternative pour les personnes ne pouvant accéder aux formations intensives.
Asseoir une part de la stratégie sur cette formation permet au réseau DAO de disposer d'une offre plus diversifiée correspondant à des attentes spécifiques et/ou des capacités de mobilisation d'apprenants particulières.
Même si le nombre de locuteurs formés annuellement reste apparemment faible sur la 15ème année (500), il est important de noter que si 500 apprenants sont pris en charge en cycle 4, cette formation implique la présence de plus de 2200 apprenants sur les 4 cycles.
Ces formations, sont d’ores et déjà assurées par les structures membres de DAO dans un cadre professionnel.
La formation est basée sur un enseignement de 3 h hebdomadaires, 5 journées de stage et un stage d’une semaine, soit 160 heures annuelles, sur 4 cycles annuels.
Enfin, moins contraignante en ingénierie de formation, elle permet d'intégrer dans la dynamique de la stratégie un panel plus large de membres du réseau DAO, assurant, par là-même une couverture territoriale plus complète.
Sur l'objectif de formation de 5000 locuteurs/an d'ici 15 ans, 500 seraient issus de ces formations.
Le coût sera à répartir entre « prise en charge » par l'apprenant, participation des collectivités territoriales, État,…

La participation du Conseil Régional de Bretagne pourrait par exemple être de 100€ par apprenant et par an à l’image de ce qui est prévu par le département du Finistère. Dans ce cas le coût pour la collectivité Régionale serait d’environ 255000€ en année 15 pour un total de 1,8 million € sur les 15 années.